A lire

1 - Lettre aux artistes de la sélection 2020

. La situation sanitaire et sociale induite par l’épidémie de Covid-19 dans une grande partie du globe remet aujourd’hui en cause l’organisation d’événements à destination du public en France et plus généralement en Europe. Elle affecte aussi sérieusement le travail de création des artistes, où qu’ils se trouvent.
. À la suite de plusieurs séances de travail réunissant Boris Charmatz et son équipe, Annick de Chaunac et l’équipe de la Fondation d’entreprise Hermès, Emmanuel Demarcy-Mota et l’équipe du Théâtre de la Ville, nous avons constaté qu’il ne serait pas possible de tenir l’édition 2020 de Danse Élargie dans des conditions acceptables, tant sur le plan artistique et logistique, que sur le plan sanitaire.
. Afin de répondre au désarroi qui résulte de ce constat, nous avons imaginé un scénario qui puisse assurer de façon satisfaisante la pérennité de vos projets ainsi que leur inscription dans l’histoire du concours Danse élargie. Nos partenaires, le Ministère de la Culture, la SACD et le Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne nous ont accompagnés dans notre réflexion. C’est donc grâce au soutien de tous que nous sommes en mesure de vous faire une proposition concrète aujourd’hui :

  1. Une bourse de développement d’un montant de 3.000€ sera attribuée à chacun des 20 projets sélectionnés.
  2. Une visibilité de l’ensemble des 20 projets sera donnée sur différents supports (site internet, réseaux, presse…).
  3. Un encouragement à la diffusion sera activé avec des informations aux professionnels (mails, réunions professionnelles, réseaux français et européens, structures partenaires…).

. Par ailleurs nous réfléchissons à la réalisation d’un film court qui donne une trace de cette édition pas comme les autres. Dans l’espoir de vous faire une place, de rendre vivante et visible votre génération à la suite des cinq générations Danse Elargie qui se sont succédées depuis 2010. Nous allons vous recontacter très prochainement à ce sujet.
. Par cela, nous espérons contribuer modestement au développement de vos projets. Comme à tous les finalistes avant vous, nous vous faisons la promesse de suivre votre travail dans l’avenir, proche et lointain, avec beaucoup d’attention et de bienveillance.

Boris Charmatz, Annick De Chaunac, Emmanuel Demarcy-Mota

2 - Danse élargie, un concours en mouvement qui appartient aux artistes

Tous les deux ans, vingt projets imprévisibles se succèdent sur un plateau parisien où s’est écrite une partie de l’histoire de la danse. Sélectionnés parmi des centaines de candidats, les finalistes de la sixième édition viennent de quatre conti- nents. Plus de 400 candidatures ont été approuvées, en provenance de 54 pays, dont 26 pays européens. L’Afrique, l’Amérique et l’Asie se partagent l’autre moitié. Mais Danse élargie continue d’attirer majoritairement l’attention des artistes français et européens qui représentent les trois quarts des candidatures. La sélection reflète fidèlement cette répartition : sur les vingt finalistes, un quart vient d’autres continents. Deux projets de l’Inde ont été notamment retenus dans la sélection, totalisant 18 interprètes à faire venir de ces pays.

L’affluence des candidatures constitue un défi majeur pour la petite équipe composée de trois responsables du Théâtre de la Ville, trois de l’équipe de Boris Charmatz et un représentant de la Fondation d’entreprise Hermès. Avec ce partenaire de la première heure, c’est d’ailleurs une réflexion globale qui est menée, sur le soutien à long terme des candidats et sur l’évolution du concours sur la durée. On est loin d’une simple contribution financière, aussi cruciale soit-elle. Mais comment examine-t-on plus de 400 candidatures? Réuni en un véritable conclave de trois jours, le groupe regarde tout et procède par élimination. Reste une cinquantaine de propositions vues et revues plusieurs fois, jusqu’à arriver à trente. En dernière instance, Boris Charmatz arrive avec un regard neuf qui permet d’arrêter le choix des vingt finalistes. Le jury réfléchit, à partir des vidéos reçues, au risque artistique inhérent à la présentation, sur un grand plateau, pour un projet en processus de définition. Un grand écart peut effectivement séparer la maquette du résultat final, et les projets ne se révèlent vraiment que lors du concours.

Les critères artistiques vont bien sûr dans le sens d’une « danse élargie », souvent aux frontières des disciplines et des genres, et de nouvelles écritures, personnelles et singulières. Il appartient aux artistes de s’emparer de l’idée de Danse élargie et de la faire évoluer. Mais l’idée principale reste : la liberté de créer et d’innover !

Et Danse élargie évolue, forcément. Boris Charmatz, cofondateur en 2010, n’est plus à la direction du Musée de la danse de Rennes et ne peut plus contribuer au financement mais le ministère de la Culture est venu en renfort pour cette édition 2020, justement pour y suppléer. D’autres financements viennent de la SACD, partenaire elle aussi depuis le début par des aides à la diffusion, du CCN de Rennes-Bretagne qui a souhaité s’investir à son tour (rappelons que deux des codirec- teurs du collectif sont d’anciens lauréats) et bien sûr du Théâtre de la Ville. De plus en plus de lieux et de festivals suivent les finalistes, les accueillent en résidence et prennent le risque de les présenter. Le prestigieux Sadler’s Wells de Londres a programmé en 2019 une soirée composée de 7 finalistes de Danse élargie. Un volet Danse élargie Taïwan est en prospection et plusieurs partenaires ont exprimé leur intérêt pour des diffusions en 2020 et 2021. À suivre !

                                                                                                                                                                                                                        Thomas Hahn

3 - Lire l’appel à projet 2020

4 - Consulter le règlement

5 - Découvrez le dossier de presse de l'édition 2020